Aller au contenu

Énergie : les renouvelables en plein essor

La France mise grandement sur les énergies renouvelables. Ces dernières années, on a pu constater la concentration des experts sur ce type d’énergie qui a haussé sa production à 26 % le 2e trimestre 2016. Une augmentation grâce au dynamisme de l’hydraulique et de l’éolien. Toutefois, le « mix énergétique », principal but des autorités, n’est pas encore dans les parages.

Du bon progrès du côté des éoliens

Un concept suivi de près par l’État, les énergies renouvelables, notamment l’énergie éolienne, commencent à faire surface. En fait, l’énergie électrique fournie par le parc éolien de l’hexagone a connu une croissance de l’ordre de 21 %. Au premier semestre de l’année écoulée, la France a raccordé 425 mégawatts. Tandis que cette année, sur la même période, elle a pu produire plus de 520 mégawatts. Des chiffres approuvés par le Commissariat Général au Développement Durable. En somme, les éoliennes ont assuré 4,8 % de la consommation électrique française.

windenergy

Une hausse dans l’ensemble des énergies renouvelables

Malgré l’énergie solaire qui est un peu moins dynamique par rapport à ses consœurs, les renouvelables semblent être en pleine progression. L’électricité obtenue à partir ces énergies a été de l’ordre de 26 % lors du deuxième trimestre 2016. Le dynamisme se poursuit au niveau de l’hydroélectricité. Grâce à une bonne pluviométrie, elle a hissé sa production à 15,5 %. Sur ce 2e trimestre, la France a peu raccordé 728 mégawatts de capacités renouvelables sur son réseau électrique. 44 750 mégawatts du 30 juin 2015 au 30 juin 2016, soit 19,8 % de la consommation électrique.

Le « mix énergétique » français est encore loin

L’État a fixé un objectif assez important en matière de production d’énergies renouvelables. En fait, il était sujet d’assurer les 40 % de la consommation électrique au moyen des renouvelables. Le but étant de créer un mix entre l’énergie renouvelable et l’énergie nucléaire. Aussi, il était question de réduire à 50 % la production nucléaire et de céder la place au solaire, éolien et à l’hydroélectricité. Cet objectif a été même fixé par une loi de transition énergétique. Mais jusqu’à ce jour, c’est encore le nucléaire qui règne avec plus de 70 % de la production contre les fossiles à 7 % et les renouvelables à 17 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.