Gaz de schiste : manne énergétique ou danger imminent ?

Puits d'exploitation du gaz de schiste au Texas

Alors que les gisements de pétrole sont de plus en plus considérés comme finissant et que le gaz est au cœur de tensions diplomatiques avec la Russie, la France cherche de nouvelles ressources énergétiques. La solution pourrait venir des Etats-Unis qui exploitent le gaz de schiste présent sur leur sol jusqu’à l’autosuffisance énergétique. La France peut-elle suivre le modèle américain ou doit-elle trouver d’autres alternatives ?

 

La révolution des gaz de schiste

 

Voilà quelques années que les observateurs tirent la sonnette d’alarme : notre mode de vie est menacé. Par quoi ? Par la fin programmée des énergies fossiles (pétrole et gaz) qui forment l’élément clé de notre économie. Avec le réveil du géant chinois et la demande toujours plus grande d’énergie, les ressources actuelles ne permettront plus longtemps de maintenir un tel niveau de consommation.

Alors quelles sont les alternatives ? Les énergies renouvelables ? Couteuses et pas toujours faciles à mettre en place, elles ne sont pour l’instant qu’un appoint sur notre consommation. Et à côté de cela, les Etats-Unis, gros demandeur d’énergie s’il en est, ont réussi récemment à atteindre l’autosuffisance grâce à un gaz contenu en masse dans ses sols : le gaz de schiste.

Le gaz de schiste est un gaz contenu dans les roches argileuses ou marneuses riches en matière organique. Pour l’exploiter, il faut en passer par des techniques difficiles à mettre en place et coûteuses. Il nécessite de passer par un forage dirigé et par la fracturation hydraulique pour rendre la roche poreuse et laisser s’échapper le gaz.

Mais les résultats sont là puisque l’exploitation du gaz de schiste a permis aux Etats-Unis de trouver une quasi-indépendance du point de vue énergétique et de créer un marché nouveau, vecteur d’emploi.

 

Des dangers sanitaires comme économiques

 

Cette exploitation pose un double problème. Tout d’abord, l’exploitation du gaz de schiste s’avère très peu écologique et pose un problème sanitaire.

Le film Gasland de Josh Fox met en avant l’impact environnemental et sanitaire de cette exploitation. Principale scène qui aura retenu l’attention par son aspect spectaculaire : un homme ouvre son robinet, allume un briquet et l’eau s’enflamme immédiatement tant l’eau est contaminée.

La fracturation hydraulique est hautement remise en question du fait de la pollution qu’elle entraîne et des risques pour la santé des habitants d’une région gazière. De plus, selon des rapports, l’industrie minière aurait tendance à faire appel à des produits chimiques toxiques ou cancérigènes pour extraire le gaz, laissant les sols et l’air dans un état sanitaire déplorable.

L’autre aspect qui inquiète les observateurs est économique. Les coûts engagés nécessitent une activité folle sur les chantiers et un renouvellement régulier des puits exploités. Or, nous sommes en présence d’un marché relativement jeune et propice à une bulle spéculative importante.

La demande actuelle permet de tenir le rythme mais l’aspect éphémère d’une exploitation entraîne des coûts importants, donc un endettement et fatalement, une hausse des prix et une baisse de l’attractivité de cette ressource. Nous risquons donc à tout moment de voir cette bulle éclater et relancer le monde dans une nouvelle crise dont il se passerait bien.

Ajouter un commentaire

Champs obligatoires *. Votre adresse mail ne sera pas publiée.