Le cas des boutiques de souvenirs

Les boutiques de souvenirs

Les boutiques de souvenirs ont connu il y a quelques années leurs heures de gloire, mais depuis quelques années, leurs activités semblent avoir pris le pas. Les vacanciers ainsi que les touristes adorent rapporter quelques petits objets de leur voyage. Cependant, avec la pandémie actuelle de Coronavirus, la situation est encore loin d’être réglée.

Les problèmes subis

Le marché des boutiques de souvenirs a toujours été florissant. Toutefois, ce constat a évolué et les voyageurs ont tendance à réduire leurs dépenses. Ces dernières années ont été mauvaises pour le secteur. Par ailleurs, avec la crise de la pandémie de Coronavirus, la situation s’est empirée. Celle-ci est causée principalement par la fermeture des frontières : les touristes sont peu nombreux, tout comme les possibilités de voyager. Les responsables affirment une baisse considérable des ventes.

Le marché, en réalité

Les étrangers constituent les principaux clients des boutiques de souvenirs. En France, les japonais sont les plus nombreux. Les russes et les brésiliens font ensuite partie des plus intéressés par les articles de souvenirs, selon un commerçant près du Mont-Saint-Michel. Parmi tant d’autres, les cartes postales, les cendriers, les boules de neige et autres cadeaux classiques sont les plus prisés. Les français figurent en fin de liste en termes d’achats dans ces commerces.

La culture de l’excellence

Malgré les difficultés subies par la plupart des gérants de boutiques de souvenirs, certains ne se plaignent guère. D’après certains propriétaires, l’innovation qu’ils ont apportée a été bénéfique : les produits hauts de gamme occupent les étagères. La sélection des marchandises fait l’objet d’un choix minutieux. Ainsi, même les origines des objets vendus sont strictement contrôlées et certaines provenances complètement bannies. Aussi, la concurrence s’avère être rude.

Ajouter un commentaire

Champs obligatoires *. Votre adresse mail ne sera pas publiée.