Aller au contenu

Prix Nobel d’économie : un Français récompensé

Alfred Nobel, fondateur du prix.

Si la France fait grise mine sur le domaine de l’économie réelle, il n’en est pas de même au niveau de l’économie théorique. C’est en tout cas ce que l’on peut conclure de la récompense attribuée au Français Jean Tirole qui se voit remettre l’édition 2014 de prestigieux prix Nobel.

 

 

 

 

Jean Tirole et l’analyse de la puissance du marché

Cette attribution du prix Nobel, qui fait de Jean Tirole le troisième Français récompensé dans la catégorie économie, est loin d’être une surprise pour la plupart des observateurs qui estimaient le Français favori.

Jean Tirole est à la fois fondateur et président de l’École d’économie de Toulouse, un organisme reconnu dans et hors des frontières de l’hexagone pour la qualité des recherches qui y sont effectuées. Cet économiste, passé par Polytechnique et le MIT à Boston, a également été l’un des rares économistes primés de la médaille d’or du CNRS en 2007.

Si l’on en croit les déclarations de l’Académie royale des sciences de Suède qui décerne chaque année les prix aux scientifiques méritants, ce prix vient récompenser ses « contributions théoriques importantes dans un grand nombre de domaines ». En effet, Jean Tirole est l’auteur d’un grand nombre d’analyses et de théories particulièrement pertinentes sur les principes à appliquer pour réguler au mieux la concurrence sur les marchés où s’affrontent des entreprises puissantes. Ce travail est d’ailleurs une source reconnue pour la prise de décisions politique en matière d’économie et de marchés.

 

La récompense d’une pensée économique française ?

Derrière cette récompense prestigieuse, faut-il voir la reconnaissance internationale d’une exception culturelle française ou simplement voir le fruit du travail d’un homme de grand talent ?

En effet, l’impact de l’Ecole d’économie de Toulouse est ainsi prise en compte à l’internationale, son fondateur et président prenant alors une toute autre dimension. Bien entendu, la classe politique française ne peut que saluer cette récompense qui pourrait, qui sait, redonner un peu de crédit à une gestion économique française qui s’avère assez peu efficace et dont les résultats pourraient s’avérer au final moindres que prévu.

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.