Aller au contenu

Un rebond du marché auto européen

Le nombre de ventes de voitures neuves sur le territoire de l’Union européenne a bondi de 5,6% en juillet et de 2,1% en août. C’est donc le douzième mois d’affilé que le nombre de ventes augmente, et une très bonne nouvelle pour tous les acteurs de secteurs automobile.

Une bonne nouvelle, mais pas pour la France

Si les chiffres sont excellents et de bonne augure pour le marché européen, ils sont bien moins probants quand on regarde le détail pour la France. C’est en effet le seul grand marché qui a vu ses ventes continuer de chuter. Ainsi, en juillet, les ventes baissaient de 4,3% et en août de 2,6%. Toutefois, on note que Renault, grâce à Dacia, a légèrement tiré les chiffres vers le haut avec +20,8% de vente en juillet.

Jean-François Belorgey, associé chez EY (ex-Ernst & Young) note ainsi : « La situation économique de l’ensemble de l’Europe est meilleure que celle de la France, et cela se voit sur le marché automobile« .

L’Espagne et Royaume-Uni tirent leur épingle du jeu

Avec respectivement +11,1% et +6,6% en juillet et +13,8% et +9,4 en août, on peut dire que ces deux nations sortent grandes gagnantes du jeu. Ce sont d’ailleurs les seules à ne pas avoir subit de baisse ou de stabilisation en août, et qui ont donc continuer de vendre plus. Pendant ce temps, l’Allemagne et l’Italie, pourtant favorites, stagnaient à -0,4% et -0,2%.

Les Pays-bas, l’Autriche et la Belgique à la traîne

Les Pays-Bas (– 5,4 %), l’Autriche (– 4,6 %) et la Belgique (– 0,8 %) sont les trois seuls pays de l’Union européenne à avoir constaté une baisse de leurs ventes de voitures neuves sur les huit premiers mois de l’année. Car si la France va mal, ce n’est que depuis moins longtemps.

On voit donc que le marché de l’automobile européen commence légèrement à reprendre un peu de poil de la bête, par endroit, et en toute discrétion. Sans toutefois sauter au plafond, on peut tout de même parler de bonne nouvelle.

Étiquettes:

1 commentaire pour “Un rebond du marché auto européen”

  1. pauvre de nous les francais donc, de toute manière c’est plus au moins prévisible avec l’etat de notre croissance (nulle) donc au final il fallait s’y attendre un peu par rapport à ca, et le comble c’est que , pour moi personnellement, la qualité de notre production automobile a nettement progressé depuis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.