Aller au contenu

Immobilier en Île-de-France : le marché

Un marché assaini après les excès des années passées

calculer-la-plus-value-sur-les-LMNPLe marché immobilier francilien était monté sans discernement pendant de nombreuses d’années, au point que les prix m2 avaient fini par être dé-corrélés de la réalité, notamment dans les communes excentrées dont les prix avaient monté par contagion.

La correction récente a permis de revenir à un marché plus sain, avec des gradients de prix marqués en fonction de l’attractivité des zones : Paris se maintient à un niveau élevé, justifié par le potentiel international de la capitale, et les prix immobiliers dans les petites et grandes couronnes se sont largement réajustés, notamment en fonction des situations des différentes communes.

A la recherche du bon compromis

Les bonnes affaires sont à rechercher du côté des communes dont la desserte en transports en commun s’est améliorée récemment ou est appelée à s’améliorer prochainement, au fur et à mesure de la création de nouvelles lignes de tramway ou de métro.

L’inertie des comportements est en effet telle que le nouvel équilibre des prix est souvent long à se dessiner. Ainsi l’immobilier à Colombes est encore très attractif au regard des prix moyens du m2 dans le très prisé département des Hauts de Seine, alors pourtant que cette commune alto-séquanaise est désormais à proximité immédiate de La Défense et de son bassin d’emploi grâce au prolongement de la ligne 2 du Tramway (ligne T2) – parier sur l’immobilier à Colombes est sans doute un bon placement pour le long terme !

1 commentaire pour “Immobilier en Île-de-France : le marché”

  1. L’immobilier a connu de nombreux rebondissements en 2016 ! C’est vrai qu’en commune, les taux étaient restés relativement bas. Cependant, ce fut le cas dans certaines grandes villes, Paris n’y a pas échappé (bien que plus cher qu’ailleurs, certes).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.